Sommaire

La dysautonomie est un syndrome neurologique correspondant à un dérèglement du système neurovégétatif qui contrôle notamment le bon fonctionnement de la digestion. La dysautonomie peut se manifester de différentes façons selon les patients et l’importance de l’atteinte. La principale cause de dysautonomie est le diabète.

Le point dans notre article.

Dysautonomie : symptômes très atypiques

Le système nerveux en cause dans la dysautonomie est le système nerveux dit autonome. Son rôle est polyvalent et il participe notamment à l’adaptation des mécanismes inconscients, comme par exemple la rapidité du rythme cardiaque, les processus de digestion, de sudation, de productions de larmes, etc.

Le système nerveux autonome est notamment lié à la réaction aux épisodes de stress (accélération du rythme cardiaque, troubles digestifs, transpiration…). Un dysfonctionnement du système nerveux autonome peut donc toucher tous les domaines de son action et la majorer ou la diminuer anormalement.

Causes de la dysautonomie

Cause la plus fréquente : le diabète

La dysautonomie est une des complications du diabète, pouvant parfois être grave. Elle peut être associée aux diabètes de type 1 ou 2 après une certaine durée d’évolution, notamment dans le cas d’un contrôle des glycémies insuffisant.

Elle peut se manifester de façons très variées :

  • atteintes cardiovasculaires : troubles du rythme cardiaque, hypotension orthostatique… ;
  • atteintes digestives : troubles du transit, vomissements… ;
  • atteintes urogénitales ;
  • atteintes oculaires ;
  • atteintes du système sudoripare (transpiration).

L’atteinte cardiovasculaire est la plus fréquente et potentiellement la plus grave.

Autres causes plus rares de dysautonomie

Les autres causes de dysautonomie évoquées sont par exemple :

  • certaines maladies auto-immunes ou la maladie de Lyme ;
  • la maladie de Parkinson ;
  • le syndrome d’Ehlers Danlos ;
  • certaines pathologies génétiques ;
  • certains traumatismes neurologiques, etc.

Ces causes sont très aspécifiques et doivent être recherchées uniquement en cas de présence d’autres symptômes orientant vers cette cause.

Dans tous les cas, le diagnostic de dysautonomie et la maladie causale est réalisé par un médecin au terme d’un bilan diagnostic large, associant des explorations fonctionnelles ainsi que des explorations radiologiques et biologiques. La consultation d’un centre de référence peut être nécessaire.

Dysautonomie : un traitement spécifique

Le traitement de la dysautonomie dépendra de la cause. Il sera mis en place par un médecin au cours de consultations spécialisées et associé à un suivi et une surveillance adaptée. N’hésitez pas à poser au spécialiste toutes les questions nécessaires.

Des traitements spécifiques du type de l’atteinte de la dysautonomie peuvent être utilisés, et de nombreuses recherches sont en cours.

Un traitement symptomatique sera également associé, afin de soulager au cas par cas les symptômes handicapants. Dans le cas d’une dysautonomie diabétique, un contrôle des glycémies sera également indispensable.

Dans tous les cas, tout signe ou symptôme anormal ou inquiétant doit pousser à consulter un service médical en urgence.

Ces pros peuvent vous aider