Sommaire

Constipation, sensation de pesanteur au niveau du périnée... Et si c'était une rectocèle ? Découvrons-en plus sur cette affection fréquente chez les femmes après cinquante ans, qui peut devenir très invalidante.

Rectocèle : ses caractéristiques

La rectocèle correspond à une hernie du rectum vers le vagin, dont la paroi se retrouve ainsi distendue.

Ce bombement peut rester à l'intérieur du vagin, ou descendre jusqu'à la vulve, voire s'extérioriser, devenant facilement visible.

Causes

La rectocèle est provoquée par le relâchement des tissus au cours du vieillissement. C'est un trouble fréquent qui touche principalement les femmes après la ménopause, notamment lorsqu'elles ont vécu plusieurs accouchements par voie basse.

Elle est favorisée par l'existence d'une opération antérieure de la région, comme par exemple une ablation de l'utérus ou une cystopexie, qui vise à replacer la vessie dans sa position normale après une descente d'organes. La constipation chronique est un autre facteur augmentant le risque de rectocèle.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Symptômes

La rectocèle n'entraîne parfois aucun symptôme ; sa découverte est alors fortuite, à l'occasion d'un simple contrôle gynécologique. Toutefois, elle peut avoir des répercussions au niveau :

  • gynécologique : la « boule » formée devient gênante lorsqu'elle atteint la vulve ou qu'elle s'extériorise. Elle provoque des irritations, et peut entraîner des douleurs lors des rapports sexuels. Les femmes concernées ont une impression de lourdeur au niveau du périnée, qui s'accroît en cours de journée, surtout lorsqu'elles passent beaucoup de temps en position debout ;
Lire l'article Ooreka
  • digestif : elle peut entraîner une constipation, compliquer l'émission des selles (elles sont alors fragmentées), et nécessiter des efforts de poussées douloureux, qui aggravent le problème. Les femmes touchées ont généralement l'impression que leur élimination n'a pas été complète. Elles doivent parfois faciliter l'expulsion des selles en plaçant un doigt à l'intérieur du vagin, pour repousser la hernie. Des saignements au niveau du rectum (rectorragies) peuvent être constatés.
Lire l'article Ooreka

Prise en charge de la rectocèle

Diagnostic

Pour évoquer l'existence d'une rectocèle, l'examen clinique associe un toucher rectal et un toucher vaginal pour évaluer notamment la hauteur de la hernie. Il est souvent suffisant pour poser le diagnostic, mais des examens complémentaires peuvent s'avérer nécessaires, notamment lorsqu'une intervention chirurgicale est envisagée :

  • la défécographie, un examen radiologique qui nécessite l'administration d'un produit de contraste opaque aux rayons X pour voir les différentes structures anatomiques. Par voie orale, 1h30 avant l'examen, puis localement au moment de l'examen, au niveau du rectum et du vagin. L'objectif est de visualiser le comportement des organes pelviens au moment de la défécation ;
  • une analyse du temps de transit colique avec des marqueurs radio-opaques, pour caractériser la constipation ;
  • une manométrie anorectale, pour s'assurer que le sphincter anal fonctionne correctement.

Traitement

Le traitement d'une rectocèle peut revêtir différentes formes :

  • la prise de laxatifs, pour combattre la constipation et faciliter les passages à la selle ;
  • la rééducation anale, par une méthode utilisant une sonde, appelée « biofeedback ».

Lorsque ces traitements ne s'avèrent pas suffisants, il est nécessaire d'envisager une intervention chirurgicale. Différentes options sont envisageables :

  • une opération par voie basse : le chirurgien passe alors par les voies naturelles, l'anus ou le vagin, pour réparer les parois affaiblies ;
  • une opération par voie haute : il s'agit alors d'une intervention plus lourde, qui nécessite une incision au niveau de l'abdomen. Elle est toutefois souvent réalisée par cœlioscopie, pour alléger les suites opératoires.

Ces pros peuvent vous aider